Rocha Finance & Patrimoine

2e semestre 2018
Note de conjoncture

Le CAC 40 a baissé de -10.95% en 2018, mettant fin à 3 années de hausses successives et surtout signant sa plus forte baisse depuis 2011.

Mais c'est encore pire ailleurs en Europe et dans le monde :

Lire la suite :

1er semestre 2018
Note de conjoncture

Le CAC 40 a progressé de + 0.2% du 1er janvier au 30 juin 2018.

Cette apparente stabilité ne doit pas cacher un retour évident de l’incertitude sur les marchés, qui a provoqué des fortes fluctuations puisqu’entre les plus bas (5 066 points le 26 mars) et les plus hauts (5 640 points le 22 mai), l’écart est de 11.33% en moins de 2 mois !

Lire la suite :

2e semestre 2017
Note de conjoncture

Le CAC 40 a progressé de + 9.28% en 2017, signant ainsi sa 3e année de hausse consécutive.

Hausse de la bourse faite sur les 4 premiers mois de l’année, ensuite plusieurs éléments sont venu perturber la progression du marché : la chute du dollar pendant l’été, remontée des prix des matières premières (pétrole, métaux,…) ont pesé sur les marges des entreprises.

Lire la suite :

1er semestre 2017
Note de conjoncture

Les élections présidentielles en France : les marchés ont craint un instant la présence au 2e tour des 2 partis « extrèmes » ce qui a ponctuellement entraîné une baisse prononcée des marchés, qui ont finalement été rassurés par le résultat du 1er, puis du 2e tour, par la victoire d’un parti plus modéré, avec une politique plus propice aux investisseurs. Le CAC 40 a progressé de +8.86% entre le point bas du 18/04/17 et le point haut du 05/05/17. Une fois de plus, la peur a été la pire ennemie de l’épargnant, et la meilleure alliée de l’investisseur !

2e semestre 2016
Note de conjoncture

Le 1er janvier 4637 points, le 11 février 3896 points (-15,98%). Pourquoi ?

Baisse des matières premières, notamment le pétrole qui fait craindre des faillites dans le secteur de l’énergie aux USA, et des banques impliquées dans ce secteur. Crainte du ralentissement économique en chine. Crainte sur une possible guerre des devises, et globalement une anticipation de récession en 2016. Les cours de bourse massacrés se révèlent être une belle opportunité. En effet, le marché remonte en 20 jours !

1er semestre 2015
Note de conjoncture

En janvier, Mario Draghi, le président de la banque centrale européenne (BCE), en prenant la décision d’effectuer des rachats massifs de dette publique et privée, a propulsé les marchés boursiers vers des sommets qui n’avaient pas été atteints depuis 7ans, et voilà que 6 mois plus tard Alexis TSIPRAS, le premier ministre grec, face au refus de ses compatriotes d’accepter de nouvelles mesures d’austérité en échange d’argent frais, sème le trouble et renvoie les marchés vers le bas.

Que faut-il anticiper pour ce 2e semestre ? Un retour au calme et un maintient de la Grèce dans la zone euro, ou bien un « Grexit » et une situation que les instances européennes n’ont pas prévu dans les statuts ?

lire la suite en téléchargeant le PDF

2e semestre 2014
Note de conjoncture

L’année 2014 s’achève, pour l’indice boursier français, au niveau où elle a commencé, le CAC 40 a perdu 0,5% sur l’année, l’indice européen (l’Eurostoxx 50) a lui gagné 2,82%, alors que l’indice américain (DJIA) a encore progressé de 8,4%, établissant de nouveaux records historiques.

En France et en Europe, la sinistrose a continué à faire des dégâts, le moral étant un des moteurs essentiels pour la croissance, celle-ci a encore été atone en 2014, alors qu’aux Etats-Unis, l’effet pétrole et gaz de schiste dopent l’économie ; mais cette abondance d’or noir a pour conséquence de faire chuter les cours du pétrole (-48% depuis le 20juin) et génère une instabilité internationale notamment en Russie très exportatrice de pétrole et de gaz, qui a vu sa monnaie perdre en 2014 -40% face à l’euro et -60% face au dollar US.

lire la suite en téléchargeant le PDF

1er semestre 2014
Note de conjoncture

Voilà maintenant 2 ans que les clients qui ont osé investir sur des placements dits "non garantis", bénéficient de performances exceptionnelles (voir tableau page 2). Après cette hausse remarquable que ce soit sur les actions ou les obligations, il est bon de se poser la question de rester ou pas sur ce type d’investissement.

Le marché action français s’est encore bien comporté au 1er semestre, le CAC 40 a encore gagné 6,15% (au 3/7/14) ; après +15,23% en 2012 et +17,79% en 2013, force est de constater que le risque a payé. La bourse française a retrouvé ses niveaux d’avant la crise bancaire (juin 2008).

Comme cela avait été dit lors de la précédente note de conjoncture, le fait de maintenir le cap dans la tempête, aura permis aux audacieux de préserver leur capital, contrairement à ceux qui, pris de panique, auraient vendu en pleine crise et donc concrétisé leurs pertes !

lire la suite en téléchargeant le PDF

2e semestre 2013
Note de conjoncture

Quelle morosité ambiante ! Etat surendetté, chômage, licenciements à la chaine, fiscalité assommante et livrets d’épargne en berne, on peut dire que 2013 n’était pas à la fête. Et pourtant, à y regarder de plus près, 2013 a été une année positive pour tous les investisseurs qui ont su, ou plutôt osé, être actifs sur leur patrimoine !

Quels ont été les bons choix d’investissement pour 2013 et surtout comment se positionner pour 2014 ?

Epargne sans risque : cette année encore, les épargnants ont payé très cher la garantie de leur capital puisque les livrets d’épargne ont enregistré une nouvelle baisse au mois d’août 2013, le livret A passant à 1,25% ! Selon les règles de calcul en vigueur, le taux devrait être révisé à la baisse une nouvelle fois en février 2014 !

Placements obligataires : 2013 a vu la remontée des taux, entrainant une baisse assez significative du cours des obligations au mois de juin. Les clients ayant investi sur les conseils du cabinet début 2012 ont tout de même généré un rendement de 12,48% sur 22 mois !

lire la suite en téléchargeant le PDF

1er semestre 2013
Note de conjoncture

Alors que l’Europe a réussi à sauver de la faillite certains pays (Italie, Espagne, Portugal, Grèce), les économies dites émergentes (Brésil, Inde …), commencent à s’essouffler du fait que leurs clients (les pays industrialisés), souffrent de la crise ! Seuls les USA affichent une santé insolente (chômage maîtrisé, exportations record, renouveau énergétique avec le gaz de schiste).

Malgré cet environnement mouvementé, les marchés boursiers ont affiché des performances exceptionnelles en 2012 (+15,23% pour le CAC 40), ainsi que les marchés obligataires (+11,05%). Le début 2013 a été plus mouvementé avec le retour de certaines incertitudes sur les marchés européens et émergents. Cela va-t-il durer ? faut-il rester positionné sur ce qui a bien rapporté en 2012 ? A quoi s’attendre pour fin 2013 ? Nous allons essayer de répondre rapidement à ces questions.

lire la suite en téléchargeant le PDF

2e semestre 2012

Souvenez-vous, il y a 1 an, jour pour jour, certaines personnalités du monde économique prédisaient que l’euro ne passerait pas noël !

Finalement (et heureusement), ces oiseaux de mauvaise augure se sont trompés, mais au-delà de cette erreur de pronostic, la question qu’il convient de se poser est « quelle est la bonne attitude à adopter dans un contexte économique mouvementé ? » et « Comment positionner votre patrimoine pour faire les bons choix en 2013 ? ».

« Achetez au son du canon ! », ce vieil adage boursier s’est avéré être le pari gagnant de 2012. C’est quand tout le monde dit qu’il ne faut pas investir en bourse qu’il faut s’y précipiter ! A condition bien sûr de prendre votre décision accompagné d’un professionnel qui saura vous aider dans votre investissement, mais surtout vous accompagner par la suite. Les performances des placements boursiers en 2012 auront été exceptionnelles ! (voir tableau ci-dessous) Mais en 2012, il n’y a pas que les investisseurs attirés par la bourse qui ont fait de bonnes affaires.

lire la suite en téléchargeant le PDF